Tekken 7

11 juil. 2017
Testé par sur
Disponible sur
4

Le septième fiel d'Heihachi

Tekken 7 est probablement l'épisode que nous attendions tous depuis longtemps. Non pas parce qu'il est la conclusion d'un pan entier de la série, mais parce qu'il replace cette dernière au centre de la baston. Après des épisodes en dents de scie, ce septième volet exécute un joli combo (et ce à tous les niveaux). Jouant sur la fibre nostalgique - ce qui convaincra certains joueurs du dimanche - il se place surtout en combattant de haut calibre, concurrençant enfin les ténors du genre. Avec l'excellent Injustice 2, c'est bien lui qui domine en cette année 2017.

Après un Tekken 6 décevant mais un Tekken Tag Tournament 2 rattrapant la donne, Tekken 7 est bien décidé à conclure la saga Mishima. Sorti en 2015 sur les bornes d'arcade, il bénéficie d'une seconde version l'année suivante afin d'enfin atterrir sur nos consoles, en ce mois de juin 2017.

L'histoire

Pour une fois, il est légitime d'évoquer l'histoire d'un jeu de combat. Et pour cause : Tekken 7 est censé conclure la saga Mishima débutée avec le premier épisode deux décennies plus tôt. Concrètement, vous retrouvez les thématiques et cinématiques qui ont fait le succès de la série, mais avec une dramaturgie plus poussée. Plus que jamais centrée sur Heihachi et son fils Kazuya, l'histoire est maligne et surtout diablement bien mise en scène. C'est notamment le cas lors des combats qui, en plus de bénéficier de transitions dynamiques, ont parfois l'intelligence d'intégrer directement des flashbacks (ou plutôt des flashs) entre les coups. Effet nostalgique assuré. Les fans devraient globalement se satisfaire de cette belle conclusion, même si tout porte à croire que l'éventuel huitième volet ne révolutionnera pas la série.

Le vieux a toujours pris l'expression "jeter le bébé avec l'eau du bain" très au sérieux.

L'anecdote

Pour en revenir à la nostalgie, Tekken 7 est une vraie madeleine de Proust et assume parfaitement son statut de jeu charnière. C'est le cas dans la galerie où il est possible de débloquer (via des crédits) les vidéos et illustrations de tous les épisodes de la série. De quoi prendre un sacré coup de vieux et transformer ce Tekken 7 en un joli objet de collection. À noter que des résumés sont aussi présents pour les retardataires.

Il est même possible de jouer avec les musiques des autres volets.

Le principe

Pour ce qui est du fond, Tekken n'a jamais semblé si technique. Le jeu fait la part belle à la technicité, et aux fameux air-combos qui ont fait le succès de la série (et les malheurs de certains). Comme toujours, l'idée est d'enchainer votre adversaire dans les airs et au sol pour lui faire le plus de dégâts possible, parfois avec des enchainements enlevant deux tiers d'une barre de vie. À cela s'ajoute d'autres mécaniques dont la principale est le "Rage Art", un coup spécial efficacement mis en scène, et pouvant être exécuté d'une simple pression de gâchette lorsque votre vie est faible. Enfin, le Power Crush est important puisqu'imparable, à ceci près que les coups infligés par l'adversaire vous touchent pendant son chargement.

Spectaculaires, les Rage Arts sont génialement mis en scène.

Le multi

Contrairement à d'autres volets qui se sont faits plutôt discrets ces dernières années, Tekken 7 devrait réussir à durer sur la longueur. En plus du mode multi déjà efficace, l'annonce d'une collaboration entre Capcom et Bandai en vue de partager les technologies en ligne de Tekken 7 et Street Fighter V rassure quant à l'ambition du titre. Pour l'anecdote, cette collaboration (et la présence d'Akuma en guise de guest star) peut être le signe d'un premier pas vers l'arlésienne Tekken X Street Fighter.

L'intégration des coups d'Akuma donne une idée de ce que pourrait être Tekken X Street Fighter.

Pour qui ?

Détail anecdotique en apparence mais intéressant : le mode Histoire de Tekken 7 intègre une assistance permettant de lancer des coups prédéfinis. Si cela est intéressant, c'est parce que les néophytes peuvent s'en servir pour avoir une idées des coups principaux des différents combattants. Il ne nuit pas sensiblement au jeu dans la mesure ou l'exigence de timing est toujours là, y compris contre certains boss insupportables pour peu que vous y alliez comme un bourrin. Évidemment, en dehors de cette accessibilité de surface, le jeu est toujours destiné aux aficionados : ce sont eux qui profiteront du mode en ligne comme il se doit, quand les joueurs moins aguerris se contenteront probablement du mode Histoire.
Les Plus
  • C'est technique
  • C'est spectaculaire
  • Un jeu qui joue parfaitement sur la nostalgie
  • Un mode Histoire qui vaut le détour
  • Un multi destiné à durer
  • La bande son
  • Les effets visuels
  • Une belle durée de vie (même en solo)
Les Moins
  • Intrinsèquement, sur le plan visuel, la mouture d'origine date (2015) en arcade
  • Les travers de la série qui peuvent effrayer : combos aériens, rebonds, boss, etc.