Tests

Before We Leave

La version paisible du post-apo

La fin du monde, l'apocalypse, est un thème utilisé une multitude de fois dans le jeu vidéo. Monstres mutants, survie difficile et armes à améliorer sont alors souvent des habitudes de jeux liés à ce sujet. Pourtant Before We Leave aborde un autre aspect de cette nouvelle naissance, ce moment ou l'humain sort des entrailles de son abri pour redécouvrir son environnement. Et ici pas question de vivre cette sortie comme une agression, préparez-vous pour un moment tranquille avec une petite tasse de thé.

The Company Man

Le roi de la compta ce sera moi

Le monde du travail, ce n'est pas toujours la joie. Mais Forust Studio a souhaité montrer une image bien différente de l'entreprise. Entre un patron utilisant des stagiaires comme arme et des secrétaires cracheuses de feu, autant vous dire que de drôles d'ennemis vous attendent. Alors équipez-vous de votre clavier épée et à vous la future place de PDG !

Gran Turismo 7

Le masque et la prune

Qu'est-ce qui appartient à l'histoire de l'esprit humain ? La relation d'Héloïse et d'Abélard certes, et plus récemment Gran Turismo 7. Sa passion pour l'automobile transpire à chaque pixel, comme jadis la flamme du théologien philosophe et de celle qui devait devenir abbesse. Le revers de la médaille ? Le coût aberrant des micro-transactions.

Assassin’s Creed : The Ezio Collection

La Renaissance d'Ezio sur Switch

Plus de dix ans après la sortie de la trilogie originale, Assassin's Creed : The Ezio Collection propose sur Switch trois des meilleurs titres de la saga — et c'est même Ubisoft qui le dit sur la boîte. Alors que la série poursuit son chemin sur les supports next gen, ce retour dans le passé vaut-il le déplacement jusqu'à la Renaissance italienne du XVe siècle ? Replongeons dans cet univers aussi riche qu'impressionnant que représente la vie d'Ezio Auditore da Firenze, aka le Batman de la Renaissance.

Tunic

L’hommage à Zelda

Vous avez sûrement oublié mais le tout premier The Legend of Zelda de 1986 était une purge. Vous mourriez en boucle, les ennemis dévoraient vos trois cœurs de départ comme un affamé son McDo, et vous pouviez même rater la première arme du jeu en ne prenant pas le bon chemin. 35 ans après, Tunic fait pareil.

Final Fantasy VI Pixel Remaster

Le plus grand tube des années 90

La légende des RPG revient dans une version plus ou moins dépoussiérée : graphismes (presque) à l'identique, bande-son réorchestrée. Le résultat ? Un chef-d'œuvre de narration qui n'a pas peur de ses rides pixélisées.