Tests

Summer Catchers

L'herbe est plus verte ailleurs

Perdue dans une forêt sombre et obscure, un seul but vous anime : retrouver votre pays verdoyant au soleil généreux. Comment ? Avancer, encore et encore, à bord d'un véhicule de fortune aussi solide qu'un fragile assemblage de Lego. Sur la base du principe bien connu du "marche ou crève", Summer Catchers propose une douce surcouche narrative, rendant notre héroïne presque attachante. Cela suffira-t-il à gommer l'incroyable répétitivité dont le titre souffre dès les premières minutes de jeu ?

Ghosts 'n Goblins Resurrection

Cuir, latex et caleçons rouillés

C'était bien, les années 80 : les baladeurs, les flippers dans les cafés, ces saletés de jeux vidéo à la maniabilité pourrie et à la difficulté immonde... Capcom a décidé de faire pleurer de nostalgie la Génération Y avec ce remake d'un classique. Pleurer de nostalgie et aussi de rage quits, attention.

Gods Will Fall

Du sel et des Celtes

Prenez un dungeon crawler, saupoudrez de roguelite, ajoutez à cela une pincée de guerriers celtes et quelques tranches de dieux brutaux et cruels. Mélangez de préférence dans un chaudron de bronze massif et laissez reposer quelques heures. Sur le papier, Gods Will Fall a l'air bel et bon, mais dans les faits qu'en est-il de l'appétissante recette proposée par le studio anglais Clever beans ?

Heaven's Vault

Par mots et par vaux

Certains jeux marquent plus que d'autres. Il existe des aventures dont l'écriture est d'une telle richesse et finesse qu'elles vous happent dès les premières minutes du jeu et ne vous lâchent pas jusqu'à la fin. Elles finissent par résonner en vous, et ce même lorsque vous pensez en avoir fait le tour. Heaven's Vault est de cette trempe. Imaginée par le studio Inkle, l'aventure proposée dans ce titre récemment porté sur Switch n'est autre qu'une formidable épopée d'archéologie de science-fiction, grandiose et brillante.

Hero-U : Rogue to Redemption

Un portage décevant pour un jeu intéressant

Nous avons tous nos madeleines de Proust, qu'elles soient vidéoludiques ou non, mais certains studios parviennent à nous faire revivre certaines émotions, comme celle du premier Livre dont vous êtes le Héros que l'on a ouvert et qui nous a fait basculer dans l'univers du jeu de rôle. Transolar Games fait partie de ces petits studios indépendants spécialisés dans un domaine très restreint qui réussissent à nous faire voyager grâce à des aventures simples comme celle de Shawn O'Conner.

Empire of Sin

Le massacre de la Saint-Valentin

La prohibition, douce et belle période où le whisky pouvait être considéré comme médicinal, où les plus grands gangsters ont pu fomenter des business illégaux dans les plus grandes villes des États-Unis. Chicago a d'ailleurs eu son heure de gloire dans le grand banditisme avec l'émergence d'Al Capone ou de "Le Branque", un Irlandais. Et c'est cette époque qu'Empire of Sin met en avant dans un jeu qui sent bon la pègre et l'alcool frelaté.